Aller au contenu principal

UMR Lipides, Nutrition, Cancer

L'UMR Lipides, Nutrition, Cancer a pour vocation de promouvoir la recherche fondamentale et clinique dans les domaines du Cancer, de la Nutrition, de la Biologie des Lipides et du Risque Cardio Métabolique.

Les enseignants-chercheurs del'Institut Agro Dijon travaillent au sein de l'équipe Physiologie de la Nutrition et Toxicologie Alimentaire (NUTox) dont la thématique de recherche est la détection oro-intestinale et le métabolisme des lipides alimentaires et leur interaction avec les contaminants d'emballages et de l'équipe LIPNESS dont le projet de recherche est l'étude du transfert des lipoprotéines et des lipides dans l'inflammation stérile et septique.

L'UMR LNC est coordinatrice du Laboratoire d'Excellence (LabEx) LipSTIC qui regroupe 23 équipes de 6 universités, ainsi que plusieurs partenaires industriels. Les objectifs de ce LabEx sont d'étudier le rôle des lipoprotéines, nano vecteurs naturels, dans le cancer et les maladies inflammatoires.

 

Zoom sur...

LEURRES LIPIDIQUES : UNE NOUVELLE ARME CONTRE L’OBÉSITÉ

La perception du goût joue un rôle clé dans le choix des aliments. Il existe cinq modalités gustatives :  l'amère, le salé, l'acide, le sucré et l'umami. Nous manifestons une préférence spontanée pour les lipides alimentaires. Nos équipes de recherche ont démontré que la préférence pour les acides gras alimentaires est modifiée chez l’obèse, ce phénomène est associé à l’altération des mécanismes cellulaires et moléculaires de la perception orosensorielle lipidique. Nos chercheurs ont synthétisé les leurres lipidiques qui miment le goût du gras. Ceux-ci déclenchent immédiatement la sécrétion des peptides anorexigène intestinaux via l’activation de l’axe langue-cerveau-intestin, et par conséquent, la satiété précoce permettant de diminuer la prise alimentaire et donc de réduire le poids chez les obèses. 

Les récepteurs lipidiques CD36 et GPR120 sont impliqués, respectivement dans la détection orale des acides gras et dans la régulation post-ingestif de la prise alimentaire lipidique. Ces récepteurs lipidiques jouent des rôles complémentaires. Nos recherches suggèrent que les personnes obèses présentent une faible capacité de détection oro-sensorielle des acides gras alimentaires entraînant ainsi une forte consommation de graisses. De plus, une alimentation riche en graisses altère également la perception du goût du gras et conduit à l'obésité. Notre équipe a effectué des études cliniques sur les sujets obèses et non-obèses dans différents pays et a démontré que les obèses présentaient une association avec le polymorphisme génétique de CD36, qui est responsable de la diminution de l'expression de la protéine CD36 et de la diminution de la perception orosensorielle des acides gras alimentaires.

Aujourd’hui les différentes interventions thérapeutiques pour traiter ou prévenir l'obésité ne réussissent pas à long terme. De plus, les produits tels que l'inuline, la maltodextrine et les fibres végétales qui miment la texture "lipidique" ne sont pas très efficaces car ils ne déclenchent pas le goût du gras, et leur utilisation prolongée peut entraîner un certain nombre de complications gastro-intestinales. Sachant que les sujets obèses présentent un dysfonctionnement des récepteurs lipidiques, responsables d'une faible perception orogustative des lipides alimentaires, il est intéressant de cibler les CD36 et GPR120 linguaux par des agents non caloriques. Ce type de composés pharmacologiques déclencherait un goût du gras, plus intense que les acides gras alimentaires naturels, provoquant ainsi une satiété précoce.

Nos chercheurs ont synthétisé deux nouveaux dérivés d'acide linoléique et démontré que ces deux leurres sont plus puissants que les acides gras naturel pour activer les lipido-récepteurs. Leur application sur la langue déclenche de façon plus rapide l’activation de nerfs afférents dans l’épithélium linguale contrairement à ceux déclenchés par les acides gras alimentaires tels que l’acide linoléique et l’acide oléique. Nos deux leurres lipidiques diminuent la masse grasse sans avoir influencé la masse maigre. Enfin, leur consommation diminue le statut pro-inflammatoire et modifie le microbiote intestinal de façon favorable. Ces recherches, inédites, démontrent qu’en utilisant des leurres lipidiques, on peut combattre le fléau mondial qu’est l’obésité.

UMR LIPIDES, NUTRITION, CANCER

Chiffres clés

  • 335 chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens dont 12 enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens de l'Institut Agro Dijon.
  • 393 publications de rang A en 2022
  • 18 thèses soutenues en 2022
  • Tutelles : université de Bourgogne, l'Institut Agro, INSERM et UBFC